WORDPRESS EST-IL TOUJOURS LE MEILLEUR CMS EN TERME DE SEO EN 2017

WordPress a parcouru un long chemin depuis sa sortie initiale en 2003. Ce qui a commencé comme un outil de blogging simple est devenu le CMS leader dans le monde. WordPress est maintenant utilisé par 23,8% de tous les sites Web dans le monde.

Les sites développés sur WordPress incluent des groupes tels que Engie, Renault, CNN, Forbes, le New York Times, TechCrunch, Vivendi, pour n’en nommer que quelques-uns. Même Matt Cutts de Google est un fan de WordPress, l’appelant «a fantastic piece of software».

Si vous êtes un utilisateur de WordPress, il est facile de comprendre pourquoi WordPress est une plate-forme si largement utilisée. C’est simple d’utilisation, c’est gratuit, et il existe une quantité incroyable de plugins / add-ons pour vous aider à personnaliser votre site en fonction de vos besoins.

Cela ne veut pas dire que d’autres systèmes de gestion de contenu – tels que Joomla ou Drupal – ne sont pas des options intéressantes, seulement ces deux derniers accusent un énorme retard face à WordPress en terme de SEO.

Sites web optimisés en 5 minutes ou un clic

La création d’un site Web peut être une tâche ardue si vous êtes nouveau dans le monde du développement. Il y a une décennie, trouver un système de gestion de contenu complexe qui pourrait gérer toutes les nombreuses tâches que WordPress peut offrir vous aurait coûté un bras et une jambe pour commencer, et c’est avant même d’essayer de comprendre comment l’utiliser.

Tout d’abord, WordPress est open-source et gratuit à télécharger. Avec un peu d’aide et la célèbre méthode « Installation de 5 minutes », il vous suffit d’avoir un peu de connaissances techniques pour obtenir un site WordPress sur une plateforme d’hébergement standard. De plus en plus d’hébergeur ont même simplifié ce processus encore un peu plus en offrant une installation en un seul clic, vous n’avez même pas besoin de mettre les mains dans le cambouis, tout est automatisé.

Open Source

Un autre facteur important est que WordPress est open-source. Tout développeur au monde peut créer un thème ou un plugin et contribuer à la (très grande) communauté WordPress.

Les capacités de votre site WordPress sont donc presque infinies, et tout cela est dû à la nature open source de la communauté. Cela vous permet de mettre à jour facilement votre site afin de rester au courant des meilleures pratiques proposées par Google, au lieu d’un autre CMS propriétaire qui peut prendre des mois ou des années pour adopter les bonnes méthodes.

SEO « Out-of-the-box »

L’une des nombreuses raisons pour lesquelles WordPress est souvent choisi au lei de ses concurrents, c’est sa capacité à gérer SEO sur la page hors de la boîte. Le référencement est une pratique complexe consistant en des centaines de facteurs, mais une installation simple de WordPress vous permettra de gérer facilement les bases fondamentales sans aucune connaissance de code.

Les URL intelligentes ou permaliens

Une des premières choses à faire sur votre site WordPress après l’installation, est de passer à l’onglet Paramètres et cliquez sur le menu déroulant, où vous trouverez une section intitulée «Permaliens». Vous y trouverez le paramètre de permalien par défaut qui affiche les URL via le numéro d’identification de l’entrée de la base de données où votre page ou poste est stocké.

Vous trouverez plusieurs autres options, la meilleure étant l’option « Nom de l’article ». Choisissez cette option, enregistre et c’est tout ce que vous devez faire pour vous assurer que votre structure d’URL soit optimisée, avec la possibilité de personnaliser chaque URL une fois que vous avez commencé à éditer une publication ou une page de blog.

Tags et rubriques de titres

Cela nous amène au prochain ensemble de besoins de base en référencement, qui se trouvent dans l’éditeur de contenu. Une fois que vous êtes prêt à ajouter du contenu, dirigez-vous simplement vers «Ajouter une page / publication» et commencez à ajouter votre contenu. Tout d’abord, vous voudrez ajouter le titre, qui est généralement codé en tant que marque H1 ou H2 en fonction du thème que vous utilisez, qui sera également le titre de votre page Web. Sous cela, vous verrez votre structure d’URL, qui, à nouveau, est facilement modifiable sans avoir à toucher une ligne de code.

Contenu optimisé

Ensuite, vous avez la zone de contenu réelle, où l’éditeur Visual Rich Text vous permet d’écrire en gras et de souligner des mots, d’un lien hypertexte vers d’autres pages Web internes ou externes, d’ajouter des tags d’en-tête supplémentaires, de télécharger des images (où vous pouvez ajouter des balises alt d’image), mais plus important encore, ce contenu sera facilement accessible par les moteurs de recherche. Tous ces éléments de base de référencement sont intégrés directement à n’importe quelle installation par défaut de WordPress.

Vitesse du site

Nous avons mentionné le fait que l’utilisation d’autres plates-formes payantes ou propriétaires pourrait être un préjudice pour vos besoins de référencement, et  la vitesse du site est un excellent exemple de problème que vous pourriez rencontrer avec ce type d’outil.

Le fait que Google accorde beaucoup d’importance à la vitesse de chargement des sites qu’il référence n’est pas un secret. Que se passe-t-il lorsque votre ancien CMS périmé ne tient pas compte des normes de Google? Son référencement chute et vous devenez invisible.

Ce n’est pas un problème avec WordPress. Une installation de base et des thèmes standard sont chargés rapidement et efficacement. Maintenant, il est vrai que l’utilisateur peut ralentir son propre site en fonction des types de contenu qu’ils ajoutent ou des thèmes qu’il choisit (par exemple, pages avec beaucoup de vidéos ou utilisation de thèmes lourds, trop de scripts en cours d’exécution sur une seule page, etc.), mais heureusement il existe de nombreux plugins comme Autoptimze et WP Super Cache (ainsi que d’autres actions que vous pouvez prendre) pour que vos sites puissent se ressaisir.

Mobile d’optimisation

À moins que vous n’ayez vécu dans une grotte ces dernières années, vous savez sans doute que Google impose désormais une optimisation pour les mobiles. Google a prévenu que si votre site Web n’était pas optimisé pour les smartphones ou les tablettes (en d’autres termes, en utilisant un design responsive pour les utilisateurs mobiles), il était fort possible que celui-ci soit mal référencé sur les recherches mobiles. Comme lors d’une annonce de cette nature, tout le monde a commencé à paniquer, à l’exception de la plupart des utilisateurs de WordPress. Pourquoi? C’est parce que pour la plupart des sites WordPress, tout ce qu’ils avaient à faire était d’installer le populaire plug-in Jetpack et, en quelques minutes seulement, on pouvait se conformer aux normes de Google Mobile Website. Pour les sites WordPress utilisant des thèmes Premium et payés à partir de marketplace comme Envato, cela fait plusieurs années qu’ils sont en responsive design! C’est peut-être l’un des plus grands arguments pour la raison pour laquelle WordPress est simplement le rêve d’un référenceur.

La polyvalence des plugins

Chaque fois que d’autres discutent de leurs CMS préférés, ils soutiennent que leur CMS est aussi personnalisable que les autres. C’est le cas, si vous avez un gros budget, mais pour nous qui voulons offrir une solution abordable à nos clients, nous avons besoin de quelque chose de simple et rapide à développer (et donc moins coûteux). Grâce aux milliers de développeurs WordPress, il existe un plugin pour toute fonctionnalité dont vous pouvez rêver. Bien souvent une simple adaptation à votre besoin suffit, réduisant ainsi drastiquement le temps de développement et donc le coût pour le client final.

Adapté pour tout type de site Web

WordPress est souvent désigné comme CMS pour site vitrine. Que se passe-t-il si vous cherchez à construire quelque chose de plus? Vous pouvez opter pour un développement sur mesure, coûteux en développement en maintenance, ou alors développer sur WordPress. Vous pouvez construire n’importe quel type de site Web avec WordPress. Voulez-vous créer un site de commerce électronique optimisé? Pas de problème. Site d’annuaire? C’est facile. Les forums, les réseaux sociaux, la liste est longue.

Et les plugins?

On les a mentionné un peu plus de trente fois, mais nous devons discuter du concept de plugins une fois pour toutes car c’est ce qui fait que WordPress est génial. Les utilisateurs avancés qui ont commencé à lire cet article étaient probablement en train de rire lorsque nous avons discuté des balises de titre et des permaliens comme raisons pour lesquelles WordPress est un très grand CMS pour le référencement, sachant très bien que, selon votre expérience, il faut beaucoup plus pour faire du vrai bon SEO.

Et c’est exacement ou nous voulons en venir. WordPress n’est pas seulement cette plate-forme super sophistiquée que seuls les stars du SEO peuvent utiliser pour classer des mots-clés hautement compétitifs. Heureusement pour nous, les dieux SEO nous ont accordé une multitude de plugins à utiliser à notre avantage – dont beaucoup sont gratuit. Le plugin que nous recommandons et qui est sans doute le plus célèbre Yoast SEO permet d’optimiser des trucs vraiment techniques, comme notre fichier Robots.txt, les problèmes de canonisation, les sitemaps XML, et tout un tas de chose qui sont souvent réservés aux développeurs expérimentés sur des CMS classiques.

Ensuite, il existe des outils comme le Checker Broken Link pour trouver les liens morts, les plugins Redirection, les plugins de widgets SEO, la liste des plugins SEO impressionnants que vous pouvez utiliser pour améliorer et optimiser votre référencement est infinie. Tout ça pour dire que quel que soit vos besoins spécifiques en plugin SEO, la communauté WordPress y a déjà pensé.

Conclusion

Au cours de la dernière décennie, WordPress a su s’installer dans le monde du développement web en tant que plate-forme de choix pour de nombreux concepteurs, développeurs et professionnels du référencement. Avec son installation de base, sa communauté de développeurs de plugins open source et développeurs de thème, et la facilité d’utilisation pour les non-programmeurs, il ne fait aucun doute que WordPress continuera d’être le CMS dominant dans la communauté SEO pendant plusieurs décennies.

COMMENT PROMOUVOIR VOTRE CONTENU À TRAVERS LES RÉSEAUX SOCIAUX

Si vous essayez de vendre un produit ou un service via votre blog ou un site Web, vous devez être conscient que, pour réussir, il ne suffit pas d’avoir un excellent produit ou service que vous offrez à un prix abordable. Vous devez également savoir comment atteindre vos groupes cibles de la manière la plus efficace possible.

Votre message peut être bien optimisé pour les moteurs de recherche et les appareils mobiles, votre contenu peut être pertinent, informatif et accrocheur, mais vous pouvez ne pas pour autant atteindre les résultats escomptés. Une des raisons pour cela peut être la façon dont vous faites la promotion de votre contenu à travers les médias sociaux.

Il est maintenant largement admis que les plates-formes de médias sociaux sont devenus les outils de marketing les plus importants et savoir comment aborder les bonnes personnes peut bien être la différence entre l’échec et le succès. Alors, qu’est-ce que vous devez savoir quand il s’agit d’utiliser les médias sociaux pour promouvoir votre contenu?

Ils sont tous différents

Tout comme différentes personnes peuvent nécessiter des approches différentes, vous devez réaliser que les différentes plates-formes ont besoin de posts optimisés de façon unique. Bien qu’avec ce mode de fonctionnement,  il est beaucoup plus laborieux d’avoir un post que vous allez partager sur tous les médias sociaux, le jeu en vaut la chandelle. Votre contenu restera d’actualité pour plus longtemps et vos clients potentiels remarqueront certainement que vous avez mis plus de réflexion et d’efforts à essayer de les atteindre.

En outre, chaque canal de médias sociaux a son propre ensemble de règles et vous pouvez vous attendre à trouver une solution universelle pour atteindre votre public. Par exemple, Twitter préfère les tweets allant droit au but accompagnés d’un visuel attrayant, tandis que Facebook vous encourage à développer le contexte un peu plus autour de votre message.

Instagram, d’autre part, est concentré uniquement sur l’aspect visuel et vous pourriez lutter pour trouver des images captivantes au cas où votre offre n’est pas si visuellement agréable. LinkedIn a pour but d’ajouter à la connaissance professionnelle de ses utilisateurs, tandis que Pinterest nécessite des combinaisons créatives d’images et de textes informatifs.

Maintenir un rythme régulier

Une fois que vous avez décidé comment vous allez aborder différentes personnes, vous devez vous assurer que vous le faites régulièrement. L’un des inconvénients des postes numériques est qu’ils ont une durée de vie très courte et vous ne pouvez pas compter sur eux pour susciter l’intérêt sur une période plus longue. Cela, bien sûr, ne signifie pas que vous avez juste besoin de reposter la même chose, et vous avez réellement besoin d’investir dans la création d’un contenu original et unique.

Une autre chose que vous devez faire est de surveiller l’effet de votre post et d’utiliser cette information pour améliorer et affiner vos créations de contenu futures et vos campagnes sur les médias sociaux. Si vous êtes assez attentif, vous serez en mesure de remarquer certains modèles émergent. Assurez-vous également d’avoir un calendrier de publication en place et respectez-le, mais n’hésitez pas à faire des ajustements en fonction de la rétroaction.

Payer un peu plus

Bien que les médias sociaux soient gratuits, vous voudrez peut-être envisager d’exploiter l’option des annonces payées pour augmenter la portée. Cependant, ne vous précipitez pas en espérant obtenir un retour sur investissement immédiat. Assurez-vous de faire ça scrupuleusement et apprenez comment, par exemple, la publicité Facebook fonctionne avant de placer une annonce.

Une campagne de publicité soigneusement conçue sur les médias sociaux pourrait être la seule chose dont vous avez besoin pour stimuler le trafic et les ventes, c’est pourquoi vous pourriez vouloir parler à un expert en marketing numérique, qui devrait être en mesure de vous donner des conseils sur la façon de concevoir votre campagne et cela pour maximiser les résultats.

Engagez-vous avec votre public

La communication est une rue à double sens, c’est exactement pourquoi vous devez vous assurer d’obtenir une sorte de réaction de votre public. Si, par exemple, les gens font des commentaires sur votre post, assurez-vous de les remercier et de leur répondre. Assurez-vous qu’ils savent que vous avez remarqué leur engagement et montré votre appréciation.

En outre, puisque vous avez ouvert de nombreux canaux de communication, vous devez être prêt à répondre aussi rapidement que possible à tout contact que votre auditoire souhaite établir. Ce faisant, vous n’allez pas seulement gagner ou garder un client, mais aussi obtenir un fidèle, qui est très susceptible de recommander votre offre à d’autres personnes.

Pour résumer, il est crucial d’identifier le bon groupe de personnes et de créer des postes uniques pour chaque plate-forme de médias sociaux que vous utilisez et de surveiller la ou les réponses que vous obtenez. Une fois que vous identifierez les modèles de comportement, vous devrez probablement apporter quelques modifications à votre approche, mais vous devrez rester disponible et réactif à tout moment et encourager l’engagement de votre auditoire. C’est de cette façon que les médias sociaux peuvent être utilisés comme outil promotionnel pour partager vos contenus numériques.

QU’EST-CE QU’UNE API ?

L’API (pour Application Programming Interface) ou bien interface de programmation est une notion qui revient souvent dans le monde du web.

Principalement employée par les développeurs web, en cherchant sur le net, on remarque vite qu’il est compliqué de tomber sur une définition simple et accessible à tous sans tomber dans des discours d’experts.

« OK mais concrètement, c’est quoi une API ? Pourquoi consacrer un article complet juste sur un mot alors ? »

En bref, une API est une interface de programmation qui permet de se « brancher » sur une application pour échanger des données. Une API est ouverte et proposée par le propriétaire du programme.

« C’est gentil mais ça m’aide pas beaucoup plus… »

Abordons le sujet du sens inverse : imaginons que les API n’existent pas.

Lorsque vous souhaitez intégrer une carte sur votre site internet pour représenter de manière visuelle la position géographique de votre entreprise, deux solutions s’offrent à vous. La première option consisterait à intégrer une image statique d’une carte, sauf que le résultat serait quand même plus efficace avec une carte interactive permettant de zoomer/dezoomer comme le propose Google Maps par exemple.

Vient ensuite la deuxième option : programmer sa propre carte interactive… Ce qui représente tout de même une bonne dizaine d’heures de travail. Investir autant de temps sur ce point en vaut-il vraiment la chandelle ? C’est un peu moins sûr.

Le mieux serait quand même de trouver un moyen de communiquer avec les services de Google Maps afin de récupérer leurs données géographiques et de les afficher ensuite sur son propre site : ça tombe bien, c’est justement le but d’une API ! C’est même de cette façon que tous les développeurs de plugins pour WordPress, Dupral et autres CMS procèdent pour créer des modules utilisant Google Maps pour afficher des données géographiques.

« Et donc ça marche que pour Google Maps ? »

Justement, une API va permettre à une application d’utiliser les données d’une autre application pour communiquer entre elles. L’application met librement à disposition des développeurs d’une seconde appli, certaines de ses données sans dévoiler l’ensemble de toute sa base de données. Cet échange peut donc s’appliquer avec n’importe quelle application qui voudrait rentrer en relation avec une autre. Par exemple, c’est de cette façon que l’on peut se connecter sur Instagram via son compte Facebook ou qu’un statut Facebook peut être relayé automatiquement sur Twitter. La majorité des grands groupes (pour ne reprendre que le cas de Facebook et Google par exemple) ont mis leurs API à disposition.

« Et du coup, quels intérêts ont-ils à proposer ces API ? »

Du point de vue de l’éditeur, son application touche alors un public beaucoup plus large que ses utilisateurs de base. De plus, cela lui permet de dépenser moins de temps et d’argent dans la conception/amélioration de son application ou de son site internet.

Pour l’utilisateur, ces API sont bien entendu gratuites. En simplifiant l’accès à une application ou en y intégrant des fonctionnalités externes, l’expérience utilisateur se voit améliorée. Par exemple, en tant qu’utilisateur, on ne compte plus le nombre de fois où lorsqu’on doit créer un compte sur un site, plutôt que de devoir remplir toute la fiche d’inscription qui prend parfois un temps interminable, il est bien plus simple et plus rapide de se connecter via son compte Facebook ou Twitter.

« Merci pour ces petits éclaircissements »

C’est vrai que pour un simple utilisateur, peu de monde y fait vraiment attention mais pour un développeur, une API est un élément essentiel lors de la création d’une application. Lorsqu’on lance sa propre appli ou site internet, c’est toujours plus sympa de savoir en quoi cela consiste. 

CRÉER SON SITE E-COMMERCE : PRESTASHOP OU MAGENTO ?

Quand on veut créer son site e-commerce, 2 alternatives principales reviennent souvent pour le choix du CMS (système de gestion de contenu). Magento (11,72 % de PDM en 2014 en France) se positionne habituellement pour des projets e-commerce d’envergure prévoyant des ventes conséquentes avec beaucoup de références produits. Prestashop quant à lui, est la plateforme la plus couramment utilisée par les e-commerçants français (48.46% de PDM en 2014 en France). Si ces 2 CMS sont concurrents, ils ne répondent pas aux mêmes besoins.

Avant de se lancer, il est important de se poser les bonnes questions pour déterminer les fonctionnalités de chaque plateforme qui conviendront le mieux à ses attentes. Par exemple, il peut être intéressant de connaitre quel marché sera visé ? (France / International), quel type de produits sera mis en avant (produits de grande consommation, spécifiques), nombre de visiteurs espérés… En effet, en fonction de chaque projet, certains add-ons sont plus ou moins adaptés que ceux proposés par la société concurrente. Il serait dommage de se limiter dans la personnalisation de son futur site car le prestataire choisi ne propose pas l’ensemble des fonctionnalités espérées.

Prestashop : la facilité pour les petits structures

Prestashop est davantage adapté aux petites structures capables de traiter chaque commande séparément où à des entreprises qui se lancent dans la vente en ligne. Ses principales caractéristiques sont :

  • S’adapte aux budgets limités
  • Offre complète : contient une série de modules de base couvrant 90% des attentes d’un   site e-commerce
  • Prise en main facile et rapide d’utilisation
  • Traduction des boutiques en 65 langues
  • Architecture modulable : possibilité d’intégrer de nouveaux produits facilement

Magento : Beaucoup de fonctionnalités pour des sites complexes

De son côté, Magento de par sa plus grande complexité, se destine à des sites plus poussés à plus fort trafic. Le CMS offre un nombre gigantesque de fonctionnalités différentes pour répondre aux attentes d’une grande entreprise déjà bien installée s’orientant vers un développement international. Sa prise en main demande un minimum de compétences techniques.

Ses caractéristiques principales sont :

  • Gestion de projets de grande ampleur
  • Hébergement un peu plus cher
  • De très nombreuses possibilités et fonctionnalités
  • Supporte une forte charge de trafic sur la boutique en ligne (période de soldes par   exemple)

À savoir que ces solutions sont toutes les 2 très complètes, le choix se fera vraiment en fonction des objectifs espérés du futur site. Il n’y pas de règles préétablies. Mais en règle générale, une très grosse structure sera plus encline à travailler avec Magento. Dernier point qui a tout de même son importance : une solution Magento coute en moyenne 2x plus cher qu’une solution Prestashop.

ÉTAT DES LIEUX 2015 : LES RÉSEAUX SOCIAUX EN FRANCE ET DANS LE MONDE

Depuis plusieurs années, l’agence We Are Social livre une analyse détaillée de l’utilisation des réseaux sociaux dans le monde. Etant donné que le paysage des réseaux sociaux est en perpétuelle évolution, ces chiffres sont amenés à bouger très rapidement d’une année à l’autre. Tous les chiffres présentés par cette agence datent de 2015, ils sont donc les plus récents et les plus précis que l’on puisse trouver à l’heure actuelle. Cette étude inclut les chiffres de plus de 240 pays et présente un récapitulatif des 30 plus grandes économies mondiales.

INTERNET DANS LE MONDE

Sur 7,21 milliards d’habitants dans le monde, 42% d’entre eux (soit 3,01 milliards) ont accès à internet et 2,078 milliards se rendent régulièrement sur les réseaux sociaux. En clair, presque un tiers de la population est concerné les réseaux sociaux. Le social média poursuit sa croissance rapide, les comptes actifs correspondent tout de même à 29% de la population mondiale. 3,649 milliards de personnes (1 habitant sur 2) ont un téléphone portable et 1,685 d’entre eux vont sur les réseaux sociaux depuis leur téléphone portable.

CONSOMMATION D’INTERNET ET SOCIAL MÉDIA

L’étude démontre que chaque jour, les internautes consacrent en moyenne 4,4 heures de leur temps à la navigation sur internet depuis un ordinateur (fixe ou portable) et 2,7 heures sur internet depuis un support mobile (tablette ou smartphone). Les français se situent en dessous de la moyenne en passant 3.9 heures depuis un PC et 1,9 heure depuis un mobile.

Pour les réseaux sociaux, le résultat est le même : le temps moyen passé dans le monde est de 2 heures 25 minutes par jour et par personne alors que les internautes français n’y passent «  seulement » que 2 heures par jour. Une minute sur deux passée sur Internet est donc consacrée aux réseaux. Cependant, même si la France les consulte moins longtemps, la proportion d’habitants à être actif sur les médias sociaux est plus élevée, avec 45% de la population totale, soit 30 millions de personnes.

LES RÉSEAUX SOCIAUX LES PLUS UTILISÉS DANS LE MONDE

Facebook continue son ascension fulgurante en dominant considérablement le paysage social média à l’international, comptabilisant 1,336 milliard d’utilisateurs actifs en janvier 2015. Les réseaux sociaux asiatiques ont ss se faire une place durable en se plaçant dans le top 6 mondial. A savoir que 2 des 3 réseaux sociaux les plus utilisés dans le monde sont chinois ! QQ, disponible uniquement en Chine, occupe la deuxième place mondiale avec 829 millions d’utilisateurs, ce qui équivaut à plus du triple d’utilisateurs que sur Twitter.

LES PRINCIPAUX CHIFFRES DES RÉSEAUX SOCIAUX EN FRANCE

En France, 84% de la population est active sur internet, ce qui représente 55.4 millions d’internautes. Même si 82% des français sont inscrits sur au moins un réseau social, seuls 45% sont actifs sur ces plateformes sociales, ce qui équivaut à tout de même 30 millions de personnes.

LES RÉSEAUX LES PLUS UTILISÉS EN FRANCE

Sans hésitation, Facebook attire une fois de plus le plus grand nombre d’individus (32% de la population française), secondé par Google+ (10%) et Twitter (9%).

A savoir que même si ces réseaux ne concentrent qu’une partie de la population, ils bénéficient d’un très fort taux de notoriété (97% des Français connaissent Facebook, 91% connaissent Twitter et 89% connaissent Google+).

LES USAGES DES RÉSEAUX SOCIAUX 

De son côté, le cabinet d’études de marché GlobalWeb Index publie sa propre étude portée principalement sur les usages des réseaux sociaux dans le monde. Elle a été menée auprès de 40 000 personnes dans 30 pays du monde dont la France. La société a récemment publié les résultats du quatrième trimestre de 2014.

NOMBRE DE COMPTES ACTIFS SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

En règle générale, les internautes sont inscrits sur 5 réseaux sociaux différents et se montrent actifs sur près de 3 d’entre eux. Les réseaux installés depuis longtemps dans le paysage numérique sont ceux bénéficiant de la plus forte duplication de compte. Par exemple, 90% des actifs sur Youtube et 93% des actifs sur Twitter le sont aussi sur Facebook.

Cette présence dépend aussi de l’âge des utilisateurs. Si les 16-24 ans sont ceux qui ouvrent le plus de comptes, ils sont actifs sur moins de réseaux que les 25-34 ans.

L’ÂGE DES UTILISATEURS DES RÉSEAUX SOCIAUX

En s’intéressant à l’âge des utilisateurs des principaux réseaux sociaux et applications de messageries ; Global Web Index confirme que chaque service s’adresse plus à une tranche qu’à une autre. En effet, Snapchat par exemple touche principalement un public très jeune (les 16-24 ans), ils sont 3x plus actifs que l’internaute classique de ce réseau. En Europe, cette application à particulièrement du succès en Irlande, en Suède, en Belgique, au Royaume-Uni puis en France.

Les réseaux professionnels sont effectivement plus utilisés par des internautes plus âgés, évoluant en milieu professionnel. Sur Linkedin, plus de la moitié des usagers ont entre 25 et 44 ans.

Des questions ont été posées aux répondants pour déterminer quelles sont les motivations qui les poussent à être présents sur des plateformes sociales. Chaque tranche d’âge aspire à des motivations différentes :

  • 16-24 ans : Suivre des célébrités, découvrir des contenus divertissants, rester connecté
  • 25-34 ans : Réseauter, utilisation en cadre professionnel, partager son quotidien
  • 35-44 ans : Réseauter, utilisation en cadre professionnel et suivre l’actualité
  • 45-54 ans : Rejoindre ses amis déjà connectés, rester en contact avec ses proches, réseauter
  • 55-64 ans : Rejoindre ses amis déjà connectés, rester en contact avec ses proches
COMMENT ANIMER SES RÉSEAUX SOCIAUX PENDANT LES VACANCES ?

Ça y est, nous y sommes, la période de vacances a bien commencé ! C’est enfin le moment de se relaxer, prendre du bon temps pour soi et réduire sa consommation d’internet et de réseaux sociaux. Pour preuve, une étude menée par l’IFOP montre que les français consacraient plus de temps à la lecture pendant les vacances, tandis que le temps consacré à la télévision et à la consultation d’Internet diminuent beaucoup : 2h39 passées sur Internet en moyenne par jour pendant les vacances contre 3h41 le reste de l’année.

Vos clients, vos collègues et même le(s) community manager(s) profitent de leur repos bien mérité… Mais cela veut-il dire que vous devrez laisser vos comptes en friches et abandonner votre communauté ?

Justement, quand on sait que 95% des vacanciers emportent leurs smartphones avec eux, on comprend vite l’importance de leur donner régulièrement des nouvelles. Alors quelles sont les bonnes façons de faire pour garder le cap en cette période de calme et de détente ?

FAUT-IL CONTINUER À PUBLIER ?

Deux options s’offrent à vous :

Votre société ferme pendant la période.

Il est donc préférable d’en avertir vos lecteurs/votre communauté en leur précisant les dates de fermeture de l’entreprise sans oublier de leur indiquer la personne à joindre en cas de besoin. Votre public sera alors prévenu que vos publications seront en stand-by, ralenties, ou si le rythme restera le même.Cependant, si l’on peut se permettre de ne pas publier de nouveau contenu durant cette période, vous ne pourrez pas laisser totalement vos pages à l’abandon. Il vous faudra tout de même trouver une solution pour continuer à gérer les interactions avec votre public, à rester à leur écoute et ainsi anticiper d’éventuels avis négatifs, des réclamations, qui pourraient vite entrainer un bad buzz. Si elle est gérée à temps, l’arrivée d’un bad buzz n’est pas forcément signe de crise. C’est pourquoi il est primordial de rester proactif sur les réseaux sociaux pour pouvoir y répondre rapidement.

Votre entreprise reste ouverte mais tourne à effectif réduit…

Et votre community manager s’en va se ressourcer au soleil. Si votre activité vous le permet, vous avez la possibilité d’automatiser votre contenu pour les jours d’absence. Des outils tels que Hootsuite ou Bufferpermettent de planifier à l’avance vos différentes publications.Votre expert des réseaux sociaux pourra alors très bien continuer à poster vos articles comme vous le faites déjà en vous reportant aux années précédentes pour voir ce qui a bien marché ou non. Généralement, une partie de vos articles de blog déjà publiés sont toujours d’actualité, ça peut être aussi le moment de les faire ressortir pour les mettre au goût du jour et en faire profiter vos nouveaux lecteurs.

N’hésitez pas à faire quelques écarts par rapport à votre ligne éditoriale pour proposer du contenu en adéquation avec cette période de vacances. Cela peut être l’occasion de proposer une sélection spécialeété : des sorties, des lieux à visiter, des articles à lire…

FAUT-IL MODIFIER SON RYTHME DE PUBLICATIONS ?

Sur ce point, il n’y a pas de décision universelle. Tout dépend de votre stratégie, du type de clients ciblés (B2C/B2B), de votre secteur d’activité, du personnel disponible…

Si vous travaillez avec des particuliers, en période de vacances, il y a fort à parier que votre communauté adopte un rythme différent de celui de votre entreprise. Les gens se connectent à d’autres moments de la journée, ils sont aussi plus disponibles. Ils ont plus de temps pour consulter vos publications, le taux de lecture est meilleur. D’autant plus qu’avec la sortie des beaux jours, en fonction de leur secteur d’activité, les entreprises auront d’avantages d’informations à partager avec leur public. Il est donc préférable de ne pas rechigner sur la fréquence de vos publications, gardez au minimum la même cadence qu’habituellement.

A l’inverse, si vous êtes plutôt orienté B2B, la majorité des sociétés ferment durant la première quinzaine d’août : vous pouvez donc vous permettre de réduire vos actualités.

FAUT-IL SE FAIRE REMPLACER ?

C’est ici que se joue la subtilité du community management en période de vacances. Même si vous arrêtez de publier des actualités, votre communauté continuera à vous envoyer des demandes, des messages, à vous poser des questions, à interagir avec vous d’un réseau social à l’autre…

Vous comprendrez que laisser l’image de votre entreprise flotter librement sur la toile pendant ces quelques semaines n’est pas le choix le plus judicieux. En aucun cas vous devrez perdre la main sur votre e-réputation dont vous aurez passé totalement de temps à construire. Il est donc préférable de déléguer votre activité de community management. Vous devez donc vous arranger pour qu’il y ait toujours au moins une personne de votre entreprise (ou en externe) disponible pour assurer un suivi avec votre communauté. Par contre, il est probable que vous confiez cette tâche à un membre de votre entreprise qui n’exerce pas de base des activités de community management, qui travaille dans un autre service ou qui n’aura que très peu de temps à y consacrer. Veuillez donc à bien la briefer et à lui expliquer précisément les quelques missions que vous lui confiez.

Si malgré tout, personne n’est disponible ou si vous avez peur de ne pas suivre la cadence de publications espérée, n’hésitez pas à faire appel à un professionnel qui prendra en charge cette tâche pour vous.

FAUT-IL ADAPTER VOTRE CONTENU ?

Sans hésitation, votre ligne éditoriale doit tenir compte du contexte d’été ! Profitez de cette période pour publier du contenu plus léger, plus fun que d’habitude. Les vacances seront forcément mises en avant, des messages simples et humoristiques vous permettront de maintenir votre niveau d’interaction. C’est le moment de toucher ceux qui ne sont pas en vacances, de les faire rêver en partageant des messages amusants et pleins d’espoirs. Les gens en congés eux, passeront moins de temps sur les réseaux sociaux, ils souhaitent avant tout se changer les idées. Ne les encombrez pas d’informations trop sérieuses, concentrez-vous donc sur des sujets légers.

Dans tous les cas, évitez de lancer des sujets fâcheux ou controversés qui risquent de porter polémique. La gestion des commentaires risquerait d’être compliquée en l’absence de votre community manager. C’est d’une certaine façon, un moyen d’éviter de s’exposer à une situation délicate inutilement. Laissez les sujets sérieux ou très importants à communiquer à votre public pour la rentrée, quand tout le monde sera revenu en période plus «traditionnelle».

Évidemment, vous avez aussi la possibilité de nous contacter si vous souhaitez vous faire accompagner sur les réseaux sociaux ou si vous envisagez de sous-traiter l’animation de vos réseaux sociaux et/ou de votre blog.